Les leucémies aiguës (LA)

 

Généralités

Les leucémies aiguës (LA) représentent 30% des cancers de l’enfant.

 

Il en existe 2 grands types :

  • les leucémies aiguës lymphoblastiques (LAL) qui sont de loin les plus fréquentes (80à 85%)

  • les leucémies aiguës myéloïdes (LAM).

 

Les leucémies aiguës sont dues à la prolifération de cellules immatures anormales au sein de la moelle osseuse (fabrique des globules du sang), les blastes anormaux.

Les manifestations cliniques des LA de l’enfant sont en rapport avec la diminution des cellules normales de la moelle osseuse et la prolifération de cellules blastiques. Les symptômes apparaissent habituellement quelques jours à quelques semaines avant le diagnostic.

 

On peut constater :

  • une anémie avec fatigue, perte d’appétit, pâleur progressivement croissante et au maximum essoufflement à l’effort (baisse des globules rouges),

  • des signes hémorragiques (baisse des plaquettes), apparitions spontanée de bleus pétéchies et parfois saignements des muqueuses (saignement de nez, des gencives..),

  • des signes infectieux (lié à la baisse des polynucléaires), avec fièvre, mais parfois en rapport avec une infection ORL (angine), une infection du poumon…

  • des signes de syndrome tumoral (infiltration des différents tissus par les blastes) : douleurs osseuses, une augmentation de taille du foie, de la rate (augmentation de la taille du ventre), des ganglions, des testicules, une infiltration des poumons (difficultés à respirer), lésions cutanées bleutées (leucémides). Le syndrome tumoral peut aussi se manifester initialement par un envahissement du liquide situé autour du cerveau et de la moelle épinière (LCR) avec des vomissements, maux de tête, une raideur de la nuque une paralysie des nerfs. Ces signes ne sont pas présents systématiquement.

 

Diagnostic

Le diagnostic se fait par une prise de sang. Sont diversement associées une anémie (baisse des globules rouges), une thrombopénie (baisse des plaquettes), une leucocytose (globules blancs) qui est variable, normale, élevée ou basse. On peut mettre en évidence également dans le sang les cellules anormales : les blastes.

 

Pour confirmer le diagnostic on réalise un myélogramme (examen de la moelle osseuse), sous anesthésie locale après avoir donné des médicaments contre la douleur (prémédication), celui-ci consiste à insérer une aiguille creuse dans un os (dans l’os du bassin dans le dos le plus souvent), et à aspirer du liquide de la moelle osseuse.

 

L’analyse de la moelle osseuse permet d’affirmer le diagnostic, de caractériser le type de leucémie (LAL de la lignée B ou T, LAM), et de définir les facteurs pronostiques qui permettront d’adapter le traitement.

 

Le liquide céphalorachidien (LCR) est analysé de façon systématique avant tout traitement. On réalise pour cela une ponction lombaire, piqure avec une aiguille creuse dans le dos, dans le canal de la moelle épinière. Cela permet après analyse du liquide de définir si il existe une atteinte méningée.

 

Avant de débuter le traitement on réalise également des examens complémentaires :

  • une prise de sang, pour rechercher un syndrome de lyse tumorale (cellules anormales qui sont cassées trop rapidement dans le sang), et déterminer le groupe sanguin avant de réaliser des transfusions,

  • une radiographie du thorax, qui recherche un envahissement des poumons et des ganglions autour du cœur (médiastin),

  • une échographie abdominale qui recherche une atteinte des ganglions dans le ventre, du foie, de la rate, des reins, des ovaires chez les filles,

  • une échographie cardiaque (pour vérifier le bon fonctionnement du cœur),Pour pouvoir réaliser le traitement (la chimiothérapie) et les bilans de suivi on met en place au bloc opératoire sous anesthésie générale un cathéter central (PICC, cathéter tunnelisé).

 

Facteurs pronostiques et traitements

Please reload